Home PageShare ADCADC Stories

Karine P's ADC

Scroll down for French Version

Experience description:  

What I am going to tell here is not really about NDE, but rather about very specific events, related to extra-sensory perceptions. They made me realize that there could be ¨something¨ after the death of the physical body.

In 1978, my parents, from northern France, worked in New Caledonia. It is worth to mention that none of them was religious, or attending to any church, or interested in spiritual issues. The first event took place when I was only 4 years old.

A Saturday afternoon, while I was taking a nap (I was programmed as a clock and usually did it from 14h to 17h, without ever waking up in the meanwhile) they decided to go to a car rally, a few miles away, without telling me first, since they preferred to leave when I was sleeping, and come back home before I wake up. When I was deeply sleeping, they quietly left. But after some time, I woke up suddenly and got out of my bed. I noticed that I was alone, but did not feel any panic, on the contrary, I was finally going to be able to do what had always fascinated me until then... Every morning, I used to admire my father shaving with a hand razor after putting foam on his face with a shaving brush. I secretly wanted to try this razor (even though I was a perfectly beardless little girl!).

So I went to the bathroom and I climbed on a small stool to look at myself in the mirror. I took the razor and pressed it on my right cheek, rubbing the blade against my skin. The blood gushed out all of a sudden and then I panicked. I remember screaming "Mom!" before instantly seeing a sort of large screen in front of my eyes, like if I was 10 inches from it. Then I saw my mother and my father from backs , on the edge of a dusty road on which rally cars bounded (there were bumps on the road) in a deafening roar. My mother suddenly turned towards me, eyes staring, as if she saw me too. She shouted to my father :"Karine!" something happened to Karine! We must go! ", and he replied, very relaxed: "No... you're getting ideas, let's stay a little longer! ". Mom responded "Oh well, I'm going alone!". Then I saw her moving towards their car, terrified and crying, while Dad continued to enjoy the race, camera in hand.

When I was sure that she was coming back, the screen suddenly cut off, and instead, I saw my reflection in the mirror, with my cheek bleeding. Reassured, I took a piece of cotton and water and I wiped my face. Then, I waited for my mother on the porch, sitting peacefully. She arrived about ten minutes later, her hair  in disorder, very anxious, driving like crazy. When she saw me, she grabbed me, hugged me tight and asked if everything was fine; I confessed having used the razor and cut myself with it. She did not scold me, since she seemed relieved to see I was OK.

At first, I was too young to realize that this form of communication was unusual, so I did not say anything about what I saw. My parents had carefully avoided mention of their intention to go to the car rally in front of me, so I COULD NOT know or imagine they would be over there.

I think that was an experience of spontaneous telepathy, due to my stress, then. This can happen when two people who are very much emotionally connected.

Several years later, we spoke about it, and when I asked her if she also saw me, she said no, but that she had a very strong feeling and was sure that I NEEDED her to come back very quickly, that's all.

My second experience looks more like an NDE, although I lived it during a perfect sleep, back to France.

One of my friends died of an overdose in 1994. His name was Matthieu and he was 21 when it happened. His family was devastated, especially his mother with who he had a very conflicting relationship in the past; she was both angry and blamed herself for not having been able to make up with him before his death. I did not go to his funeral because I knew everyone that I was going to meet would be overwhelmed with grief. At that time, I did not particularly know how to find comforting words or just shut up. So I preferred to stay alone, and send my most affectionate thoughts to Matthieu. I was not particularly inclined towards religion, nor to the spiritual matters then, but I wanted to believe that he would hear me anyway.

Two months later, I met his poor mother in the street. When she saw me, she burst into tears, like she did  every time she met friends of her missing son. I hugged her tight, feeling compassion and pity for her. After few minutes she stopped crying, her face was ravaged by grief. She said: "Besides...you know... when I saw his dead body, he had a huge smile on his face ! As if he was happy to die!". I could not find any words to comfort her, nor to apologize for my absence at the funeral. Anyway, she collapsed during the funeral and did not see the 200 people around her at the cemetery. I went home, upset about Matthieu. Then, I rejected that thought and I kept on with my evening, quietly. But at night in my sleep, I had a dream that took a very peculiar tone. In fact, I'm sure I LIVED IT, not just dreamed it.

I saw myself walking in a lovely garden, a pebble path of light gray (amazingly, they did not sound under my feet). The brightness of the place struck me. The light was very bright, intense but not at all dazzling, pleasant. The colors were indescribable, as we do not see on earth, green grass, blue sky, flowers, everything seemed much more beautiful and almost alive. There were people away, who were  talking quietly,  with a pleased look. They greeted me with the head and a smile and kept on with their conversation. They wore white robes without belts, to the feet. I felt at peace and safe. I saw a small white stone bench (like volcanic rock, but white), without back, on the edge of the road (I did not walk in the grass because it was so beautiful that I did not want to damage it). I sat and waited, certain that someone was coming to meet me, but I did not know who. I heard the birds sing a song similar to those of birds down here. They seemed aware of singing and being appreciated, even if I did not see them.

Then, on my right, Matthieu arrived, walking on the trail. I was very surprised and happy to see him. He came near to kiss me and then, I saw him as I never saw him during his lifetime, his face beamed with joy, peace, love, bliss. He wore baggy jeans and a t-shirt, heavy safety boots, he was ... radiant. He looked better than the most beautiful of all roses. He looked like an all beautiful new baby. I ran towards him, and hugged him. He said "Hello, how are you?". I replied that I was OK, but that his mother was very ill, and I blamed him for the harm he had done. He smiled and replied "I know Karine, I'm sorry, but tell her that I'm fine now. I'm really happy here, and tell her not to worry.". Then, he kissed me again and left with this incredible smile and said to me: "we´ll see again one of these days!". I told myself "for a guy who just died of such a stupid death, he really looks very good here!". At this moment, the vision disappeared.

When I woke up, I was convinced that this conversation I had was real and that I should take it very seriously. I could see the colors, the structure of the garden, Matthieu, the character´s dresses and I thought that with my poor little human brain, it was impossible that I could imagine or create these colors and these tones (I'm doing painting in my spare time and I know what I'm capable or not to create. I did not want to go see Matthieu´s mother in person, because the emotion would have overwhelmed both of us, so I wrote a letter explaining how I met him in a dream and that he was doing very well. I told her how beautiful and happy he looked and that she should not worry anymore. I do not know how she took it, but I can only hope that my letter has comforted her a little. Later, I put in her mailbox, anonymously, Mr. Moody's book ¨Life after life¨. I never saw again my friend in a dream, but I know we'll meet again ... "One of these days."

Later, I read descriptions of what heaven is, done by those who have seen it in their NDR and I think I recognized parts of the place where I was. The intensity of colors, feelings of peace, love and joy, brightness and superb warm, reminded me a lot this particular meeting. So I am sure I saw (at request of Matthieu) a piece of  heaven. I think he wanted to comfort his mother, but at that time, she was lost in her grief, so he could not reach her directly, she would have become mad ...... This is probably why he chose me, knowing that I would find a way to make her to believe me.. Whenever I think of this meeting and at this point of time, I can only be anxious to go back again. For if this is heaven... I know I'll die smiling, too.

The last conscious experience is not an NDE either.

A year after what I just described, the grandmother of my ex-husband died of systemic cancer. I knew her when she had terminal cancer. She only spoke Arabic and I did not.. So when we met, she talked and I just realized that her legs made her suffer terribly. So I massaged her hours and she continued to speak in her language. We knew each other only for four months. Then, she returned to Algeria to die.

One evening a cousin of my ex husband came and told us she had passed away. They left, both shocked, to see the rest of their family and I stayed alone in our apartment. I was in bed when I felt a very strong smell of incense next to me. The smell was really localized near the bed. Since I do not use incense, I got up to check the other rooms of the apartment and found nothing; the smell came from just beside the bed. I thought it was just an illusion. About ten minutes later, smell was gone.

Two months later, I got pregnant.

During my pregnancy, at about 6 months, my ex husband beat me, it was around 11:00 o'clock. Outside it was cold and rainy, with a strong wind. But I ran away not knowing what else to do. I found refuge under the porch of a store to cry. Suddenly, I felt the same smell as when the grandmother died. There was a very strong wind and the smell of incense remained with me until I stop crying. When I realized this, I just could not think that this was an illusion. I felt so sad, supported by an invisible force. So I went back to the apartment, convinced that whatever happens, I was not alone.

Today, I am no longer with this violent man I have found true love and my family life is very happy.

I always believed that life here is a temporary journey, a learning, sometimes surprising and beautiful, and basically, that only love between human beings really matters. These three events made me realize that the ¨Invisible¨ is among us and it manifests in our lives when we do not expect it, but only if our heart is ready to welcome it ...

Was the kind of experience difficult to express in words? No, not at all.

At the time of this experience, was there an associated life threatening event?          No      

At what time during the experience were you at your highest level of consciousness and alertness?    I was always conscious and rational.

How did your highest level of consciousness and alertness during the experience compare to your normal every day consciousness and alertness?    Normal consciousness and alertness. I was always conscious and alert.

Did your vision differ in any way from your normal, everyday vision (in any aspect, such as clarity, field of vision, colors, brightness, depth perception degree of solidness/transparency of objects, etc.)?  No      

Did your hearing differ in any way from your normal, everyday hearing (in any aspect, such as clarity, ability to recognize source of sound, pitch, loudness, etc.)?
            No      

Did you experience a separation of your consciousness from your body?
     Uncertain

What emotions did you feel during the experience?         First, I was surprised and then, I felt peace.

Did you pass into or through a tunnel or enclosure?          No      

Did you see a light?           No      

Did you meet or see any other beings?          Yes   

Did you experience a review of past events in your life?    No, I ¨learned¨ that life does not end.

Did you observe or hear anything regarding people or events during your experience that could be verified later?          No      

Did you see or visit any beautiful or otherwise distinctive locations, levels or dimensions?            Yes    

Did you have any sense of altered space or time?   No      

Did you have a sense of knowing special knowledge, universal order and/or purpose?     No      

Did you reach a boundary or limiting physical structure? No      

Did you become aware of future events?       No      

Did you have any psychic, paranormal or other special gifts following the experience you did not have prior to the experience?     Yes, much more intuition, but I rarely use it.

Have you shared this experience with others?  Yes, but only with open mind people, I avoid to shock Cartesian...

Did you have any knowledge of near death experience (NDE) prior to your experience?    No      

How did you view the reality of your experience shortly (days to weeks) after it happened:  Experience was definitely real. Intimate conviction does not explain, one feels it.

Were there one or several parts of the experience especially meaningful or significant to you?   

How do you currently view the reality of your experience:
            Experience was definitely real   

Have your relationships changed specifically as a result of your experience? No, I try to bring peace and laugh to everybody. I also worked on what I experienced, and I became more open to the invisible signs..

Have your religious beliefs/practices changed specifically as a result of your experience?     Yes    

Following the experience, have you had any other events in your life, medications or substances which reproduced any part of the experience?         No
      

Did the questions asked and information you provided so far accurately and comprehensively describe your experience?         Yes 

Translated by Jacqueline.

TÉMOIGNAGE :

Je souhaiterais ici raconter non pas des Expériences de Mort Imminentes, mais plutôt des évènements très particuliers, liés à des perceptions extra-sensorielles. Ceux-ci m'ont fait prendre conscience qu'il ne pouvait qu'y avoir quelque chose après la mort du corps physique. 

En 1978, mes parents, originaires du Nord de la France, travaillaient en Nouvelle Calédonie. Je tiens à préciser que ni l'un ni l'autre n'étaient religieux, ni pratiquants, ni intéressés par les questions spirituelles. Le premier évènement marquant s'est déroulé lorsque je n'avais que 4 ans. Un samedi après midi, alors que je faisais la sieste (j'étais programmée comme une horloge et je la faisais de 14h à 17h, habituellement sans jamais me réveiller entre temps), ils ont décidé de se rendre à un rallye automobile, à quelques kilomètres de là, sans m'en parler au préalable ; ils préféraient me laisser dormir et revenir avant mon réveil. Lorsque je me fus endormie profondément, ils prirent tranquillement la route. Mais après quelque temps, je me suis réveillée spontanément et suis sortie de mon lit. M'apercevant que j'étais seule, je n'ai nullement éprouvé de panique, bien au contraire ; j'allais enfin pouvoir faire ce qui jusque là m'avait toujours fascinée. Tous les matins, j'admirais mon père en train de se raser au rasoir à main, après s'être enduit le visage de mousse à l'aide d'un blaireau. Je souhaitais secrètement pouvoir essayer ce rasoir (alors que j'étais une petite fille parfaitement imberbe!). 

Aussi me suis-je avancée jusqu'à la salle de bain et je suis montée sur un petit tabouret pour me regarder dans la glace. J'ai pris le rasoir et l'ai appliqué sur ma joue droite, en frottant la lame contre ma peau. Le sang a giclé d'un coup et j'ai alors été prise de panique. Je me souviens d'avoir hurlé "Maman!", avant que d'apercevoir instantanément comme un grand écran devant mes yeux, comme si j'avais été à 10 centimètres de lui. J'ai alors vu ma mère et mon père, de dos, au bord d'une route poussiéreuse, sur laquelle des voitures de rallye bondissaient (il y avait des bosses sur cette route) dans un vacarme assourdissant. Ma mère s'est soudain retournée vers moi, les yeux écarquillés, comme si elle aussi me voyait aussi. Elle a crié à mon père : "Karine! Il est arrivé quelque chose à Karine! Il faut rentrer!", ce à quoi il a répondu, très décontracté "Mais non, tu te fais des idées, restons encore un peu!". Maman lui a rétorqué "Tant pis, j'y vais seule!". Après quoi, je l'ai vue se diriger vers leur véhicule, affolée et en larmes, tandis que Papa continuait à profiter de la course, un appareil photo à la main.  

Lorsque j'ai eu la certitude q'elle allait venir, l'écran s'est comme coupé subitement et à sa place, j'ai vu mon reflet dans le miroir, avec ma joue qui saignait. Rassurée, j'ai pris un coton imbibé d'eau et je me suis essuyée le visage. Puis j'ai attendu ma mère sur le perron, assise sereinement. Elle est arrivée environ dix minutes plus tard, échevelée, très angoissée, en roulant comme une folle. Lorsqu'elle m'a aperçue, elle s'est jetée sur moi, m'a serrée dans se bras et m'a demandé si tout allait bien; je lui ai avoué m'être servie du rasoir et m'être coupé avec. Elle ne m'a pas grondée, tant elle paraissait soulagée de me voir en bonne santé. Sur le coup, j'étais trop jeune pour me rendre compte que cette forme de communication était hors du commun ; aussi n'ai-je rien dit au sujet de ce que j'avais vu. Mes parents avaient soigneusement éviter d'évoquer leur intention de se rendre au rallye devant moi, aussi je ne POUVAIS pas savoir qu'ils s'y y trouveraient. Je pense qu'il s'est agi d'un expérience de télépathie spontanée, causée par mon stress, alors. Cela peut arriverlors que deux personnes sont très liées affectivement. 

Plusieurs années plus tard, nous en avons reparlé et quand je lui ai demandé si elle m'avait vue aussi, elle m'a dit que non, qu'elle l'avait ressenti très fortement. Comme une certitude que j'avais BESOIN qu'elle rentre très très rapidement, et c'est tout.  

Ma seconde expérience s'approche plus d'une EMI, bien que vécue dans un parfait sommeil, de retour en France. Un de mes amis est décédé d'une overdose en 1994. Il s'appelait Matthieu et avait 21 ans lorsque s'est arrivé. Sa famille était effondrée, surtout sa mère avec laquelle il avait eu des rapports très conflictuels par le passé ; elle était à la fois en colère contre lui et très culpabilisée de n'avoir pu se réconcilier avec lui avant son décès. Je ne me suis pas rendue à ses funérailles, car je savais que tous ceux que j'allais y rencontrer seraient trop submergés de douleur. A cette époque, je ne savais pas particulièrement trouver les mots qui réconfortent ou juste me taire. Aussi ai-je préféré rester chez moi, en envoyant à Matthieu mes pensées les plus affectueuses. Je n'étais pas spécialement portée vers la religion, ni vers les choses de l'esprit alors, mais je voulais croire qu'il m'entendrait quand même. 

Deux mois plus tard, j'ai croisé sa pauvre mère dans la rue. A ma vue, elle a éclaté en sanglots, comme à chaque fois qu'elle rencontrait des amis de son fils disparu. Je l'ai prise dans mes bras, éprouvant de la compassion et de la pitié pour elle. Elle s'est ressaisie au bout de quelques minutes, le visage ravagé de chagrin. Elle m'a dit "Tu sais, en plus quand j'ai vu son corps mort, il avait un sourire d'une oreille à l'autre! Comme s'il avait été heureux de mourir!". Je n'ai pas trouvé grand chose à lui dire pour la soulager, ni pour m'excuser de mon absence aux funérailles. De toute façon, elle était si effondrée qu'elle n'a pas vu les 200 personnes qui l'entouraient au cimeterre. Je suis rentrée chez moi, furieuse contre Matthieu. Puis j'ai chassé cette pensée et j'ai continué ma soirée tranquillement. Mais la nuit, dans mon sommeil, j'ai fait un rêve à la tonalité une tonalité très particulière. En fait, je suis certaine d'avoir VÉCU et non juste rêvé.  

Je me suis vue marchant dans un jardin adorable, sur un chemin de petits graviers gris clairs (chose étonnante, ils ne faisaient pas de bruit sous mes pieds). La luminosité de l'endroit m'a frappée. La lumière était très claire, intense mais pas du tout éblouissante, agréable. Les couleurs étaient indescriptibles, comme on n'en voit pas sur terre ; le vert du gazon, le bleu du ciel, les fleurs, tout paraissait bien plus beau et presque vivant. Il y avait des personnes au loin qui discutaient tranquillement, avec une mine réjouie. Ils m'ont salué de la tête, avec un sourire et ont poursuivi leur conversation. Ils avaient des robes blanches, sans ceinture, jusqu'aux pieds. Je me sentais en paix et en sécurité. J'ai vu un petit banc de pierre blanche (un peu comme de la roche volcanique, mais blanche), sans dossier, sur le bord du chemin (je ne voulais pas marcher dans l'herbe car elle était si belle que j'avais peur de l'abimer). Je me suis assise et j'ai attendu, certaine que quelqu'un allait venir pour me rencontrer, mais j'ignorais qui. J'ai écouté les oiseaux chanter, un chant semblable à ceux des oiseaux ici bas. Ils avaient l'air conscients de chanter et d'être appréciés, même si je ne les voyais pas.  

Puis, sur ma droite, Matthieu est arrivé, marchant sur le sentier. J'étais très surprise de le voir et heureuse. Il s'est approché de moi pour me faire la bise et là, je l'ai vu comme jamais je ne l'avais vu de son vivant ; son visage rayonnait de joie, de paix, d'amour, de béatitude. Il portait un baggy et un t-shirt, des grosses chaussures de sécurité et il était ... radieux. La meilleure mine que la plus belle des roses. On aurait dit un bébé tout beau, tout neuf. Je me suis précipitée vers lui, l'ai serré contre moi. Il m'a dit "Bonjour! Comment vas-tu?". Je lui ai répondu que j'allais bien, mais que sa mère était au plus mal, et je l'ai engueulé pour le tort qu'il lui avait fait. Il a sourit et m'a répondu "Je sais Karine, je suis désolé, mais tu lui diras que je suis très bien maintenant. Je suis super heureux ici, qu'elle ne s'inquiète pas.". Sur ce, il m'a de nouveau embrassée et il est parti avec ce sourire incroyable et m'a lancé "à un de ces jours!". Je me suis dit "pour un gars qui vient de nous quitter sur une mort imbécile, c'est vrai qu'il a l'air très bien ici!". A ce moment, la vision s'est arrêtée.  

A mon réveil, j'avais l'intime conviction que j'avais vécu cette conversation et qu'il me fallait la prendre très au sérieux. Je revoyais les couleurs, la structure du jardin, Matthieu, les personnages en robe et je me disais qu'avec mon pauvre petit cerveau humain, il était IMPOSSIBLE que j'aie pu inventer ou créer ces couleurs et ces tonalités (je fais de la peinture à mes heures perdues et je sais ce que je suis ou non capable de créer). Je n'ai pas voulu aller voir la mère de Matthieu directement, car l'émotion nous aurait submergée toutes les deux, aussi ai-je rédigé un courrier lui expliquant comment je l'avais rencontré en rêve et qu'il allait très bien. Je lui ai dit à quel point je l'avais trouvé beau et heureux et qu'il ne fallait pas qu'elle s'inquiète. Je ne sais pas comment elle a pris la chose, mais tout ce que j'espère c'est que ma lettre l'a soulagée un peu. Plus tard, je lui ai mis dans sa boite aux lettres, de manière anonyme, le livre de Mr Moody sur la vie après la vie. Je n'ai plus jamais revu mon ami en rêve, mais je SAIS que nous nous reverrons... "un de ces jours". 

Plus tard, j'ai lu des descriptions de ce que certains avaient faites du paradis en EMI et il m'a semblé reconnaitre une partie du lieu où je me trouvais. L'intensité des couleurs, des sentiments de paix, d'amour et de joie, la luminosité superbe et chaleureuse, m'ont beaucoup rappelée cette rencontre particulière. Aussi suis-je certaine d'avoir vu, à la demande de Matthieu, un bout de ce paradis. Je pense qu'il voulait apaiser sa mère mais comme à l'époque elle était perdue dans son chagrin, il ne pouvait l'atteindre directement sans qu'elle devienne folle. C'est sans doute pour cela qu'il m'a choisie, sachant que je saurai trouver le moyen qu'elle me croie. A chaque fois que je songe à cette rencontre et à cet endroit, je ne peux qu'être pressée d'y revenir de nouveau. Si c'est cela le Paradis, je sais que je mourrai en souriant, moi aussi. 

La dernière expérience consciente n'est pas une EMI non plus. Un an après ce que je viens de raconter, la grand mère de mon ex-époux est décédée d'un cancer généralisé. C'était une dame que j'avais rencontrée en phase terminale de ce cancer. Elle ne parlait que l'arabe et moi, pas du tout. Aussi, lorsque nous nous rencontrions, elle me parlait et je comprenais juste que ses jambes la faisaient horriblement souffrir. Aussi, je les lui massais pendant des heures et elle continuait à parler dans sa langue. Nous ne nous sommes connues que quatre mois seulement. Après, elle est rentrée en Algérie pour y mourir.  

Un soir, le cousin de mon ex mari est venu nous annoncer qu'elle était morte. Ils sont partis bouleversés tous les deux voir le reste de leur famille et moi je suis restée seule dans notre appartement. J'étais au lit quand j'ai senti une très forte odeur d'encens à côté de moi. L'odeur était vraiment localisée près du lit. N'utilisant pas d'encens, je me suis levée pour renifler à d'autres endroits de l'appartement et rien ; l'odeur provenait juste d'à côté du lit. J'ai juste pensé qu'il s'agissait d'une illusion. Environ dix minutes après, elle était partie. Je suis tombée enceinte deux mois après.  

Au cours de ma grossesse, vers environ 6 mois, mon ex mari m'a battue vers 11 heures du soir. Dehors, il faisait froid et il pleuvait, avec un vent très fort. Mais je me suis enfuie ne sachant que faire d'autre. Je me suis réfugiée sous le porche d'un magasin pour pleurer. Soudain, j'ai senti la même odeur que quand la grand mère était morte. Il y avait un vent à décorner les boeufs et l'odeur d'encens est restée à mes côtés jusqu'à ce que j'arrête de pleurer. Quand je me suis rendue compte de cela, je ne pouvais plus me dire que ce n'était qu'une illusion. Je me suis sentie moins triste, soutenue par une force invisible. Aussi ai-je repris le chemin de l'appartement, sûre que quoiqu'il arrive, je n'étais pas seule. 

Aujourd'hui, je ne suis plus avec cet homme violent ; j'ai trouvé le véritable amour et j'ai une vie de famille très heureuse.

J'ai toujours eu la conviction que les choses ici bas sont un passage, un apprentissage, parfois surprenant et beau, et qu'au fond, seul l'amour qui lie les êtres compte vraiment. Ces trois évènements m'ont fait prendre conscience que l'Invisible est parmi nous et qu'il se manifeste dans nos vies lorsque nous ne l'attendons pas, mais uniquement si nos coeurs sont prêts à l'accueillir...

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots?       Non       Rien

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Non      

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?  J'ai toujours été consciente et lucide.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours?          Normal consciousness and alertness

If your highest level of consciousness and alertness during the experience was different from your normal every day consciousness and alertness, please explain:           

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours?   Non      

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale?             Non      

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps?         Uncertain

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience?             De la surprise, suivie de paix.

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé Non      

Avez-vous vu une lumière?         Non      

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres?  Oui   

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie?      Non       J'ai "appris" que la vie ne s'arrête pas.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ?       Non      

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ?       Oui   

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps?        Non      

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ?           Non      

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation?          Non     

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ?  Non           

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ?     Oui     Beaucoup plus d'intuition. Mais je l'exerce peu.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?        Oui    Seulement à ceux qui ont l'esprit ouvert. J'évite de choquer les cartésiens...

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ?         Non      

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu            Experience was definitely real    L'intime conviction ne l'explique pas, elle se ressent.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur spéciale pour vous ?       

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience:           Experience was definitely real          

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?           Non       J'essaie d'apporter à tous de la paix et des rires. j'ai aussi travaillé l'expression de mon ressenti et je suis devenue plus ouverte aux signes de l'invisible.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?          Oui   

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non              

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ?  Oui   

Please offer any suggestions you may have to improve this questionnaire:Merci de proposer toute suggestion permettant d’améliorer ce questionnaire. Y a-t-il d’autres questions que nous pourrions poser afin de vous aider à exprimer votre expérience ?     Demander aux gens leur religion  permettraient à tous de constater que les EMI ou autres phénomènes ne sont uniquement le fait des croyants d'une religion spécifique.